Étape: Göschenen─Gadmen

Le car postal vous emmène de Göschenen, gare à Färnigen en 16 minutes. La randonnée de Färnigen à Gadmen prend environ 5h45 pour un trajet de 18 km. Considérée avec méfiance par les militaires, cette randonnée a été rendue accessible par le tourisme.

Aperçu

Après le trajet en car postal à travers la vallée très fréquentée de la Reuss et celle au romantisme sauvage de Meien, vous passerez l'ancienne forteresse de Meienschanze avant de poursuivre à pied le long de la Meienreuss à partir de Färnigen. La ViaPostaAlpina grimpe jusqu'au col du Susten par le sentier muletier historique. Alors que le car postal circule sur la route panoramique du versant nord de la vallée datant des années 1940, le randonneur suit lui l'ancien sentier muletier dans la vallée. En récompense pour la dernière montée ardue de l'Alp Susten au col, le voyageur trouvera de nombreuses traces des anciens chemins. Il parcourt en effet le tronçon maître de la route de 1811. Les nombreux murgers, les recoupements transversaux en pierre (caniveaux d'écoulement des eaux) et «tombini» (ponceaux) en constituent les principales caractéristiques. Le barrage bien conservé en murs secs stratifiés, quant à lui, est l'élément majeur et s'élève jusqu'à deux mètres de haut.

Avec un peu de chance, on peut apercevoir des chamois et des bouquetins. Les perdrix des neiges et les tétras-lyres sont aussi chez eux ici. La descente offre une vue plongeante sur le lac Steisee et traverse un paysage marécageux alpin parsemé de roches moutonnées. Les marais se situent sur des terrasses au sein de cuvettes et petites vallées entre les roches moutonnées polies jadis par le glacier. Des torrents relient les marais avec de petits lacs. Après le centre pour alpinistes du glacier Steingletscher, le chemin suit le Wyssmadhubel le long du Steiwasser. Passé le Feldmooshubel, le paysage change et s'ouvre sur la charmante vallée de Gadmen.

Conseils et extras

Meienschanze

Le Susten était un passage important du point de vue militaire: pour protéger le canton d’Uri, un élève du célèbre bâtisseur de fortifications Vauban construisit la «Meienschanze». Ce retranchement fit ses preuves en 1712 lors de la guerre de Villmergen et en 1799 lors des combats des Français contre les Autrichiens.

La route du Susten de 1811

La montée depuis l’alpe de Susten au sommet du col de Susten est au cœur de la route de 1811. Elle se distingue par un grand nombre de murs de pierres sèches, de rigoles transversales (galeries drainantes) et de tombini (passages d’eau).

Chli Chelen

Le dernier tronçon de la route de 1811, jusqu’au sommet du col, est le point d’orgue de la montée. Pour obtenir une pente régulière, le tracé fut surélevé et posé sur un terrassement. Les murs de pierres empilées à sec font 0,5 à 2 m de haut.

Talus de Himmelrank

Ce qui ressemble à un tas d’éboulis entre l’hôtel Steingletscher et le «Himmelrank» (virage du paradis) est en réalité un imposant mur construit en forme de talus. Les pierres empilées à sec, fichées dans le talus, forment un mur de soutènement oblique et stable.

Monument à la mémoire de soldats polonais internés

Près de Jungholz, une plaque de bronze placée au-dessus d’une aire de repos avec fontaine rappelle, en polonais et en français, que des soldats polonais internés ont également participé à la construction de la route du Susten.

Col du Susten

Afin que le canton de Berne ait un raccordement avec le Sud à travers le Col du Gotthard, des travaux pour construire une route de communication ont commencé en 1811. Il s'agissait à l'époque de la deuxième route moderne traversant les Alpes. La route actuelle date des années 1940. Elle a été conçue comme route panoramique et intégrée soigneusement dans le paysage.